Accéder au contenu principal

INTERWIEW DE ZIAD MEDOUKH

Ziad Medoukh, professeur à Gaza, a choisi la résistance pacifique
20 MINUTES, le 22/09/09 à 07h31

Coincé à Gaza, Ziad Medoukh était témoin de l'opération israélienne « Plomb durci ».
Il parle en marchant autour de la table, les mains dans le dos, le regard
à la fois concentré et tourmenté. Professeur de français au lycée al-Aqsa, Ziad Medoukh était à Gaza au moment de l'offensive israélienne. Titulaire d'une bourse du Quai d'Orsay et coordinateur du Centre pour la paix de Gaza, ce Palestinien de 42 ans attendait déjà depuis trois mois que l'Etat hébreu l'autorise à sortir de la bande de Gaza pour rejoindre la France et y faire sa thèse. Confronté au refus répété des autorités, malgré les efforts du consulat de France à Jérusalem et une pétition internationale en sa faveur, il s'est heurté à un mur infranchissable une fois l'opération « Plomb durci » enclenchée. « Tout était bloqué, se souvient-il. Or à Gaza, il n'y a pas de bibliothèque, pas de livres en français et des coupures d'électricité en permanence. » Faute de pouvoir se mettre au travail, Ziad Medoukh s'est donc consacré à ce qu'il pouvait encore faire : témoigner. « Au début de l'offensive, les journalistes n'avaient pas le droit de rentrer à Gaza. J'étais très sollicité par téléphone pour raconter ce qu'il se passait. » Pour recharger son portable, il se rendait tous les jours à l'hôpital de Gaza, qui avait le seul générateur de la ville. Ce qu'il y a vu revient désormais le hanter la nuit. « Des corps déchiquetés, des têtes arrachées, murmure-t-il. Pour ne plus faire de cauchemars, je ne dors plus que quelques heures. Comme ça, je suis tranquille. » Epris de littérature française « engagée » de Malraux, Sartre et Camus, Ziad Medoukh a fini par arriver en France en mars dernier, six mois après la rentrée universitaire. « On m'a conseillé de choisir entre faire ma thèse ou participer à des conférences sur la Palestine. J'ai choisi les deux. » Conférences le jour, thèse la nuit, « entre minuit et quatre heures du matin ». Un travail récompensé par une mention « très honorable » début septembre à l'université Paris-VIII. « C'est un aboutissement et une étape, confie-t-il. J'espère que ça encouragera mes élèves à poursuivre leurs études et leur donnera de l'espoir. » Préoccupé par « l'occupation israélienne » et les divisions interpalestiennes, il s'est assigné la tâche d'éduquer une jeunesse sans horizon et tentée par l'extrémisme. « Moi j'ai choisi la résistance pacifique, et non la résistance armée, bien qu'elle soit légitime face aux colons », explique-t-il.
Lors de son séjour parisien, il a dépeint le contraste entre Paris et Gaza sous forme de poèmes. Il écrit : « En deux mois, j'ai fait des milliers de kilomètres de voyage. Or à Gaza, en deux ans de blocus, je n'ai même pas fait des dizaines de kilomètres. » Mais, à quelques jours de son retour dans sa « prison à ciel ouvert », prévu début octobre, il reste serein. « Ça ne me perturbe pas de passer de Paris à Gaza parce que je savais en quittant ma ville que j'allais y revenir. La France reste un pays de passage. » Son seul regret ? « Ne pas avoir eu le temps de flâner au bord de la Seine ou d'aller au cinéma. Mais ma priorité c'est la paix pour la Palestine. »
F. V.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SOLIDARITE AVEC GAZA SAMEDI 19 MAI, A 10H COURS ST MAURIS A DOLE

Le sang a encore coulé à Gaza. Les armes israéliennes ont massacré des enfants et des jeunes gens. Mais Gaza reste debout comme tous ces Palestiniens qui ne demandent qu'à être respectés en ayant leur État.

Comme dans de nombreuses villes, en France et dans le monde, nous vous appelons à participer à un rassemblement de solidarité avec Gaza, pour exiger justice pour la Palestine, respect du droit international et protection du peuple Palestinien.
Nous proposons de nous retrouver

SAMEDI 19 MAI à 10h00, Cours St Mauris (en face de la place Grévy)à Dole

avec pour tous ceux qui le peuvent :
 - tshirt 2018 Le temps de la Palestine ou
 - vêtements noirs
 - pancartes individuelles
- drapeaux palestiniens
- UNE FLEUR EN HOMMAGE AUX 59 PALESTINIENS TUES et aux 2770 Blessés

La France qui est signataire des accords de Genève doit prendre ses responsabilités et cesser toute coopération militaire avec l'Etat israélien.


Ci-dessous, la terrible liste des palestiniens tués cette semaine, l…

FACE AUX FAUTEURS DE GUERRE, L'URGENCE DE LA PROTECTION DU PEUPLE PALESTINIEN

En décidant le retrait des Etats-Unis de l'accord multilatéral avec l'Iran, Donald Trump répond aux demandes formulées par le gouvernement israélien. La logique de guerre est en route. L'Etat d'Israël en est à la fois l'inspirateur et l'instrument. Seule puissance nucléaire de la région, et doté d'une des premières armées du monde, il ne fait pas mystère de ses dernières attaques contre les forces iraniennes en Syrie et cherche des prétextes pour les étendre et pour attaquer l'Iran. 

Les conséquences seraient considérables pour l'avenir de la région et au-delà pour la paix dans le monde.

Cette logique de guerre se conjugue et s'amplifie avec la répression terrible exercée par Israël contre le peuple palestinien. A Gaza, les manifestants pacifiques continuent d'être la cible des tirs de l'armée israélienne. Depuis le 30 mars, on compte 41 morts et plus de7100 blessés, hommes, femmes, enfants. La semaine prochaine s'annonce comme celle de…

PROJECTION DU FILM "PALESTINE LA CASE PRISON"

Samedi 30 juin 2018, à 17h, le Réseau pour une paix juste au Proche Orient présentera le film de Franck Salomé "Palestine, la case prison", lors de la FETE DE L'HUMA 39, À MONTMOROT - Les Crochères.
Réalisé par Franck Salomé et produit par la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine, l’ACAT (Action des chrétiens pour l’abolition de la torture), l’AFPS (Association France Palestine Solidarité), la LDH (Ligue des droits de l’Homme) et avec le soutien d’Amnesty International, ce documentaire aborde la question des prisonniers politiques palestiniens dans les prisons israéliennes. 
A travers des interviews d’anciens détenus et de leurs familles, ainsi que de juristes palestiniens, israéliens et internationaux, et d’anciens soldats mobilisés, il met en lumière les mécanismes d’un système d’oppression qui dépasse les murs de la prison et maintient toute une société sous la menace permanente d’un emprisonnement arbitraire. 

 Pour voir la bande annonce, suivez le l…